– Paris, le 1er mai 2017

LE-PEN-MACRON-epargne-populaire

Conseiller de Jacques DELORS lors des réflexions qui ont conduit à la création du Second Marché pour les PME en 1983, le Président d’Honneur de l’association Love Money pour les PME, s’adresse aux candidats à l’élection présidentielle.

MADAME LE PEN, MONSIEUR MACRON, VOUS SAVEZ que …

  • ce sont les PME qui créent des emplois ;
  • par manque de fonds propres, elles peinent à grandir. Les plus brillantes finissant par se vendre à des fonds d’investissement ou à des groupes étrangers ;
  • à l’inverse, les multinationales ne créent pas d’emplois, se financent sur les marchés et distribuent de confortables dividendes.

SAVEZ-VOUS EN AUSSI que

  • le nombre d’actionnaires individuels a chuté. Il est aujourd’hui de 3 millions contre 9,6 millions en 1991 ;
  • alors que plusieurs millions de Français, même modestes, seraient prêts à investir dans des entreprises dont ils sont proches, géographiquement ou affectivement ;
  • en 2015, moins de 40 000 foyers ont investi dans les entreprises françaises en réduction ISF, pour un montant de 440 M€, soit un coût fiscal pour l’Etat fiscal de 220 M€.

ALORS NE PENSEZ-VOUS PAS que

  • l’actionnariat populaire doit impérativement se développer à nouveau pour la croissance et l’indépendance des PME françaises ;
  • l’actionnariat populaire est source de rassemblement des Français avec les entreprises créatrices d’emplois ;
  • des mesures simples réorienteraient l’épargne individuelle vers les TPE, PME et ETI françaises ;
  • ces mesures accéléreraient le retour au plein emploi et amélioreraient les recettes de l’Etat.

 

Spécialiste de l’actionnariat individuel dans les PME depuis 1983 (1),
l’association Love Money propose 3 mesures :

  1. mettre fin à la réduction ISF qui n’a privilégié que 39 462 foyers en 2015, mettant à l’écart plusieurs millions d’épargnants ;
  2. poursuivre la mise en œuvre de l’article 172 de la loi 2015-990 du 6 août 2015, pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques qui prévoit « la création de plateformes de cotations régionales ou de bourses régionales dans chaque métropole régionale, en hexagone et dans les outre-mer, afin de fournir un outil de circuit court de financement régional » ;
  3. mettre en place un abattement fiscal pour les petits actionnaires. Afin de faire revenir en direct vers les entreprises plusieurs millions d’épargnants, à travers des plateformes de bourses locales et/ou régionales. Celui-ci pourrait prendre la forme d’un seuil annuel de ventes d’actions en deçà duquel les plus-values ne seraient pas imposées.

(1) Conseiller de Jacques Delors lors des réflexions qui on mené à la création du Second Marché en 1983, Jean SALWA, professionnel de la Bourse, a crée en 1983 l’association Love Money.
Jean SALWA a introduit 54 PME qui lèveront 90 millions d’euros auprès de 30.000 actionnaires individuels sur les six bourses régionales de Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nancy et Nantes.
Jean SALWA est aujourd’hui Président d’Honneur de l’association Love Money pour la protection et l’orientation de l’actionnariat individuel dans les PME de croissance.


Association Love Money pour les PME, à but non lucratif, enregistrée à la Préfecture de Paris le 26 octobre 1983

N° Siret : 418 961 355 00017 – n
° d’agrément de formation : 11753062575
Siège social : 10, rue de Montyon 75009 Paris
Sites internets
www.love-money.org
  www.financement-alternatif.eu

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *